Contact avec le chargé de mission "Solidarité réfugiés" de Lille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Contact avec le chargé de mission "Solidarité réfugiés" de Lille

Message par Aude Labetoulle le Mer 24 Fév - 19:10

Contact : Matthieu Tricottet (chargé de mission « Solidarité réfugiés », Direction des Initiatives Solidaires, ville de Lille)

Coordonnées : Demander à Thomas si besoin

Questions : Quels pourraient être les champs d’actions d’AFS en relation avec celles prévues par la ville sur le thème des migrants/réfugiés/demandeurs d’asile ?

Dates prévues : 7/12/15 + 1/16 + ?

Aude Labetoulle

Messages : 6
Date d'inscription : 19/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contact avec le chargé de mission "Solidarité réfugiés" de Lille

Message par Aude Labetoulle le Mer 24 Fév - 19:13

Date : 7/12/15


Bilan : La rencontre a été très positive et fructueuse. M. Tricottet semble véritablement intéressé par nos valeurs et notre savoir-faire dans l’interculturel, facette de l’accueil de personnes qu’il n’avait pas envisagé. Plusieurs projets envisageables ont été évoqués, pertinents pour la ville de Lille, et adaptables aux autres contextes éventuels : interventions sur l’interculturel dans les écoles où se trouveront les enfants de migrants ou des réfugiés mineurs, une formation et un accompagnement de familles d’accueil et de jeunes migrants, ou la co-organisation et la co-animation de weekends type AFS pour ces jeunes.



-          LEGITIMITE – Nous avons justifié notre intérêt pour la question des migrants/réfugiés en mentionnant la mission d’AFS (« un monde plus juste et plus pacifique »), et en la mettant en parallèle avec nos actions habituelles (programmes d’échange, interventions dans les établissements scolaires pour développer les compétences interculturelles de chacun, le tout grâce à des bénévoles et des salariés formés et compétents) et avec notre histoire (les ambulanciers).
-          INTERCULTUREL – Il a été précisé que notre démarche s’inscrivait prioritairement dans la thématique de l’interculturel – spécificité de notre association. C’est dans ce sens qu’ont été envisagés les projets évoqués. Nous avons bien rappelé que nous n’avons pas la prétention de nous substituer à d’autres associations faisant du droit, du social, de la psychologie, etc.
-          ANGLAIS – Le fait qu’un certain nombre de nos bénévoles aient une bonne maîtrise de l’anglais est aussi un réel atout.
-          CIBLE – Au fil de la conversation, nous avons été amenés à spécifier le public avec lequel nous pourrions travailler : les mineurs d’une part, les jeunes adultes entre 18 et 26 ans (à Lille, des hommes), et les familles d’accueil. Il s’agit des tranches d’âge dont les préoccupations nous sont les plus familières (thématique du regroupement familial pour les individus plus âgés). Il a aussi été mentionné que les origines sociales des « nouveaux » migrants – classes moyennes ou favorisées – semblaient rendre l’intégration généralement plus aisée dans une famille d’accueil de milieu similaire. D’autres essais avaient été menés, notamment avec des Roms, qui avaient été peu concluants.
-          LILLE – La ville de Lille a pour projet d’ouvrir 100 places d’accueil temporaires pour demandeurs d’asile et de les aider dans leur intégration dès obtention du statut de réfugié. La structure d’accueil temporaire est gérée par la Sauvegarde du Nord, dont l’équipe de travailleurs sociaux accompagne le parcours des personnes accueillies. Ces personnes sont orientées par l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration (OFII), établissement public de l’Etat. Depuis août, une centaine de places d’accueil supplémentaires à ce qui existait déjà (CADA) ont été créées. 49 personnes ont pour le moment été accueillies. 2/3 sont des personnes isolées, dont une dizaine de mineurs. La place d’accueil peut être conservée 3 mois, renouvelable une fois, avant que le migrant qui a obtenu son statut juridique de réfugié, donnant une autorisation de séjour de 10ans avec accès aux droits, n’ait à trouver son propre habitat individuel (il a alors un mois pour quitter la structure collective). Il s’agit de délais relativement courts. Pour y répondre, un groupe de travail piloté par la Direction des Initiatives Solidaires réfléchit à un mode opératoire permettant un relais auprès de familles d’accueil bénévoles. Le projet s’il est validé, devrait se mettre en place à partir du mois de mars, après une phase de diagnostic des logements potentiels. Du point de vue du projet d’AFS on notera que la situation de Lille est bien sûr spécifique, et qu’à chaque association locale devront être adaptés les projets envisagés.
Projets potentiels :
-          Interventions dans les établissements scolaires où sont scolarisés les enfants de migrants pour les sensibiliser à la thématique de l’interculturel, et aider à l’intégration des nouveaux venus.
-          En lien avec les familles d’accueil :
o   Sensibilisation de ces familles à l’interculturel et à la complexité du processus d’intégration ; beaucoup d’entre elles accueillent dans un esprit « charitable », sans parfois être conscientes des difficultés potentielles.
o   Sensibilisation de l’accueilli aux mêmes questions
o   Avec les autres partenaires (mairie et associations), travailler à l’élaboration d’une charte, un contrat souple entre la famille et l’accueilli
o   Accompagnement de la famille et suivi du jeune migrant -> bénévole « contact », outils AFS adaptés (carnet d’intégration, etc.)
o   Pour répondre au besoin de « laisser respirer » certaines familles lors d’une soirée ou d’un weekend -> accueil temporaire chez un bénévole ou une famille AFS (également sensibilisation du bénévole/de la famille/de l’accueilli/du partant)
-          Proposer des rencontres entre réfugiés accueillis, sorte de weekends AFS (peut-être en présence de nos accueillis AFS et des partants ?), en collaboration avec les autres associations partenaires 
Conditions de faisabilité des projets : Pour s’assurer de l’éventuelle bonne réalisation de ces actions, il semble important de
-          1/ s’appuyer sur l’expérience des bénévoles du réseau AFS déjà actifs dans ce domaine (2 membres actifs sur Lille Flandre œuvrent dans des associations ou ont des projets liés aux migrants par exemple)
-          2/ former les bénévoles à l’interculturel adossé aux pays de départ des migrants. Notre interlocuteur a justement souligné que nous sommes peu implantés en Afrique et au Proche- et Moyen-Orient, origines géographiques des migrants. Une meilleure connaissance de ces zones semble essentielle (projet à mettre en place avec Sherifa Fayez [AFS Egypte] par exemple ?). 

Aude Labetoulle

Messages : 6
Date d'inscription : 19/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum